Économisez aujourd'hui, profitez demain

Exécution du non-paiement de la contribution

Défaillants et pénalités

Si les cotisations ne sont pas reçues par la CNPV à la fin du mois suivant le mois de déduction, l'employeur est tenu de payer une surtaxe (frais de retard) de 5% du montant de la contribution due. Cela s'applique pour chaque mois ou partie de mois que la contribution est faite en retard.

Par exemple, l'employeur a reçu le barème des contributions de janvier 2018 de la CNPV en janvier 2018. Il doit être payé au plus tard à la fin du 28 février 2018 (un mois à compter de la fin de janvier 2018). Le montant total de la contribution est de 5 000 vatu.

L'employeur n'a pas payé à la date d'échéance mais a effectué le paiement de la cotisation le 28 juin 2018. L'employeur est donc en retard de quatre mois et est tenu de payer les surtaxes comme pénalité pour paiement tardif des cotisations de la CNPV.

Le supplément serait de VT.1 000 et est calculé comme suit: 5% (taux de pénalité) X Vt5, 000 (contribution) = Vt. 250 (pénalité par mois) Vt250 X 4 mois de retard = Vt.1, 000 est le supplément total dû.

L'employeur doit payer les surtaxes dans les 21 jours suivant la date de l'avis de majoration pour retard de paiement. Le non-paiement des surtaxes dans le délai prescrit est une infraction punissable en vertu de la loi de la CNPV. Si un employeur omet de payer les cotisations qui sont dues à la croyance erronée que les cotisations ne sont pas payables, et que la Caisse accepte cela comme une erreur, ces cotisations doivent être versées à la Caisse dans le mois qui suit la découverte de l'erreur.

La Caisse traitera ces cotisations comme étant dues à compter du moment où l'erreur a été découverte et qu'aucune pénalité ne sera imposée, à moins que l'employeur ne paie pas à la date d'échéance.

Infractions en vertu de la loi CNPV

Les infractions suivantes sont des infractions à la loi de la CNPV et s'appliquent à tout employeur qui:

Pénalités en vertu de la loi CNPV

L'employeur qui commet l'une ou l'ensemble des infractions mentionnées ci-dessus, et est reconnu coupable, est passible d'une pénalité d'un montant n'excédant pas VT. 100 000 ou d'une peine d'emprisonnement maximale de 6 mois, ou d'une combinaison des deux.

Un employeur qui commet une ou plusieurs des infractions ci-dessus, et est déclaré coupable, sera passible d'une amende d'un montant ne dépassant pas 100 000 Vt ou d'une peine d'emprisonnement n'excédant pas 6 mois, ou une combinaison des deux. Un employeur qui déduit du salaire d'un employé une somme supérieure à celle qui peut être déduite à titre de contribution, ou qui a fait la déduction puis ne paie pas à la Caisse, et qui est déclaré coupable, peut être condamné à une amende n'excédant pas 200 000 VT ou à une peine d'emprisonnement n'excédant pas 1 an, ou une combinaison des deux.

Nomination d'inspecteurs

Le Conseil désigne les inspecteurs qui ont et exercent tous les pouvoirs, fonctions et fonctions suivants:

Procédures Civiles

Toutes les contributions payables au Fonds peuvent être recouvrées à titre de dette civile. Les procédures de recouvrement en tant que dette civile de toute contribution peuvent être engagées à tout moment dans les 6 ans à compter de la date à laquelle la contribution devient exigible. Le supplément est une contribution recouvrable en tant que dette civile.

Preuve dans les procédures

Dans toute procédure pénale ou civile, une copie de toute inscription dans les registres due la Caisse, dûment certifiée conforme par le Directeur général, constitue une preuve prima facie de cette inscription et de la véracité de son contenu.

Un certificat de la part du directeur général indiquant qu'il n'y a pas d'inscription constitue une preuve prima facie qu'aucune inscription n'a été faite.

  • fait sciemment une fausse déclaration.
  • Fournit ou cause, ou permet sciemment d'être produit ou fourni, tout document qu'il sait être faux en substance.
  • Ne peut pas s'inscrire dans les délais prescrits.
  • Ne peut verser à la Caisse, au cours d'un mois, un montant dont il est responsable à l'égard d'un employé.
  • entrave le membre, l'agent, l'employé, l'agent, le conseiller ou le consultant du fonds dans l'exercice de ses fonctions.
  • omet de verser une contribution ou des suppléments (pénalités) dans le délai prescrit.

  • entrer dans tout endroit ou lieu où des personnes sont considérées comme étant engagées comme employés.
  • examiner et vérifier si les dispositions de la Loi sur les CNPV ou les ordonnances ou règlements pris sont ou ont été respectées dans les locaux ou les lieux.
  • exige la production de tout document qu'un employeur est tenu de conserver en vertu des dispositions de la Loi sur les CNPV, de ses ordonnances et de ses règlements. Ces documents se rapportent à des règlements concernant l'emploi, le travail ou les employés. En outre, l'inspecteur peut demander d'autres documents pour déterminer si les dispositions de la Loi sur les CNPV, les ordonnances ou les règlements pris sont ou ont été respectées.
  • l'inspecteur peut demander une copie ou un extrait d'un (des) document (s). Cette demande se ferait sous la forme d'un avis écrit envoyé par courrier recommandé à l'adresse de l'employeur. Une date et une heure seraient précisées lorsque le (s) document (s) serait exigé (s) par l'inspecteur.
  • l'inspecteur peut interroger des personnes lorsqu'il y a des raisons de croire que des renseignements utiles à l'enquête peuvent être fournis. Si la personne interrogée est tenue d'assister à une audience, elle sera avisée par écrit de l'endroit et du moment où cela se fera. Cela serait fait en vertu de la loi CNPV ou de toute ordonnance ou règlement.